Appel aux élus de la République

Mesdames et Messieurs les Maires de France,
Cher(e)s élu(e)s,


Au cours des semaines qui viennent, ils seront nombreux, les candidats à la candidature, à solliciter votre soutien afin de valider leur projet pour la France. C’est en effet à vous, élu(e)s de la République, que la Constitution a confié le devoir de désigner les futurs candidats à l’élection présidentielle de 2022. 

 

Vous êtes 47 462 à disposer d’un tel mandat. Ce « parrainage » ne saurait constituer un soutien individuel à telle ou telle autre candidature. C’est une prérogative propre à votre mandat d’élu(e) qui vous confère une lourde responsabilité ; celle d’offrir aux électeurs un véritable choix représentatif de toutes les opinions.
 

Face à la crise de confiance que traverse notre pays, votre participation est donc de la plus haute importance. Or, vous n’étiez que 14 296 à parrainer un candidat en 2017. Ce chiffre - en baisse constante depuis 20 ans - représente une abstention de plus de 65%. Comment peut-on encore s’offusquer de l’abstention massive des électeurs quand les élus eux-mêmes répugnent à accomplir leur devoir ? Qu’est devenue la valeur d’exemplarité ?!
 

Ceci a pour effet de laisser le champ libre à des candidats qui, tous partis politiques confondus, ne représentent pas plus de 1 % des personnes en âge de voter, fragilisant ainsi le principe de représentativité sur lequel repose notre édifice démocratique. En refusant délibérément d’exercer votre droit à parrainer un candidat, vous interdisez toute forme de pluralisme et vous rendez coupables de « non-assistance à démocratie en danger ».
 

Un tel dysfonctionnement n’est évidemment pas le fruit du hasard. Lobbying, copinage, pressions multiples, essentiellement dans les petites communes, politiquement libres mais financièrement dépendantes, sont monnaie courante. Nous connaissons bien ces pratiques et l'omerta qui les protège. Permettez-moi cependant de vous rappeler les propos du général de Gaulle quant au système des parrainages qu’il a lui-même instauré : « Est-ce que la démocratie, ce n’est pas précisément que tout le monde puisse se présenter à une élection ? Le peuple fera le tri. Il le fait bien pour une élection législative. Il le fera à plus forte raison à l’échelle de la nation ! »
 

La multiplicité des candidatures est mal vécue par les partis politiques qui nous gouvernent. Elle témoigne pourtant de la vitalité démocratique de notre grand pays et ne fait que répondre à une attente des Français. 78 % d’entre eux se disaient prêts en 2017 à voter pour un candidat qui ne serait ni issu ni soutenu par un parti politique. Cette défiance vis-à-vis des obédiences partisanes oblige au renouvellement de l’offre politique. L’émergence d’un nouveau profil de candidatures en est la concrétisation. Cette attente légitime est massivement exprimée par nos concitoyens. Ne pas y répondre serait vécu comme un véritable déni de démocratie et une invitation à entretenir un système défaillant dans lequel l’abstention et le vote par défaut - voire par rejet - l’emportent sur le vote d’adhésion.

 

Mesdames et messieurs les Maires de France, cher(e)s élu(e)s. Nous savons déjà qu'un retour à l'anonymat des parrainages serait de nature à libérer les signatures d'élus. Nous savons également que la mise en place d'un système de parrainages citoyens viendrait vous soulager de cette responsabilité à laquelle vous souhaitez échapper. Mais en dépit des graves dysfonctionnements qui cadenassent le débat politique aux seuls candidats des partis, vous demeurez, en l'état de nos institutions, les gardiens de l'expression du pluralisme de l'opinion.

 

C’est pourquoi, pour que (sur)vive notre démocratie, il est de votre ardente responsabilité que vous apportiez votre parrainage à un(e) candidat(e), quel qu’il (ou elle) soit !

photo 2.PNG.jpeg